Ecole publique d’ingénieurs
Membre fondateur du Groupe INSA
Habilitation maximale de la CTI
Label EUR-ACE

Une momie de chat virtuelle au Musée des Beaux-Arts de Rennes

Le 04 décembre 2019

L’opération « Chat Alors » a permis d’étudier, à l’aide de technologies numériques innovantes, une momie de chat égyptienne conservée au Musée des Beaux-Arts de Rennes. Les recherches ont été menées conjointement par l’Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (IRISA) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), en collaboration avec le Musée, les entreprises ImagET, BCRX (Mordelles) et CAD’Indus (Mulhouse).

Les travaux ont consisté à construire un modèle numérique de la momie, puis à développer différents outils de visualisation et de manipulation en réalités virtuelle et augmentée. Ils ont abouti à une exceptionnelle impression 3D en transparence, à taille réelle, de la momie, révélant un contenu inattendu. Cet objet unique est désormais exposé au Musée des Beaux-Arts.

La momie de chat vieille de 2500 ans passée au scanner des technologies numériques

Au cours de la dernière décennie, grâce à une meilleure accessibilité des nouvelles technologies d’imagerie médicale, la recherche sur l’étude des momies animales de l’Égypte ancienne a connu des avancées importantes qui permettent de mieux comprendre l’histoire et la culture de cette civilisation.

Le travail de recherche réalisé sur la momie de Rennes, fruit d’une collaboration interdisciplinaire (programmes INTROSPECT et MAHES), combine des technologies d’imagerie médicale avec des méthodes d’interactions 3D et d’impression 3D avancée par mélange de résines. Il a permis de révéler, de manière non destructrice, la nature interne de la momie.

Les chercheurs ont tout d’abord numérisé la momie par tomodensitométrie* et fait d’étonnantes découvertes : alors qu’il était admis que la momie présentée au musée était celle d’un unique chat, la numérisation a mis en évidence la présence d’ossements de plusieurs félins ainsi que celle d’une pelote textile en lieu et place de la tête, témoignant de pratiques méconnues jusqu’alors. Les fichiers numériques ont ensuite été traités pour générer des modèles 3D et différents dispositifs ont été développés afin de manipuler les reconstitutions 3D en réalité virtuelle et augmentée. Enfin, les modèles numériques ont été utilisés pour générer une série d’impressions en 3D (momie complète, enveloppe, contenu) dont une exceptionnelle impression 3D en transparence. Aboutissement des travaux, cet objet totalement inédit a pris place dans les collections du musée des Beaux-Arts, où il est utilisé comme matériel de médiation auprès des publics.

*La tomodensitométrie est une technique d’imagerie médicale basée sur des rayons X qui permet de réaliser des coupes par balayage, puis des reconstructions volumiques 3D grâce à un couplage avec un calculateur de traitement d’image.


Une collaboration scientifique au long cours

Porter le regard à l'intérieur des objets archéologiques pour aider à en déterminer la nature, la fabrication, l'usage et la provenance, ce de manière non destructive, c'est ce que visent les présents travaux de recherche. Les vestiges archéologiques sont des témoins fragiles à analyser, à interpréter, à préserver et à valoriser. Ces tâches complexes se métamorphosent à l'ère numérique. Jusqu'ici, les techniques de numérisation se limitaient à la surface des objets, des monuments et des sites. Les approches numériques innovantes développées ici permettent de donner des informations sur la nature interne des vestiges et d’interagir avec elles. La multidisciplinarité de ses travaux répond à un défi méthodologique important, qui fait appel à la combinaison de méthodes utilisées en sciences de la Terre, réalité virtuelle, archéologie et muséologie.

L’IRISA et l’Inrap travaillent ensemble depuis plus de 5 ans sur l’utilisation de technologies 3D innovantes pour l’archéologie, notamment à partir d’imagerie par rayons X, en collaboration avec les entreprises Image ET et BCRX. Cette collaboration s’est renforcée en 2017 dans le cadre du projet franco-québécois INTROSPECT. Ce travail a donné lieu à plusieurs productions scientifiques.

Les partenaires scientifiques engagés dans ce projet sont le Musée des Beaux-Arts de Rennes, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), les unités mixtes de recherches IRISA, CReAAH et ASM ainsi que les entreprises BCRX/Image ET.
L’impression 3D en transparence a été réalisée par l’entreprise CAD’Indus à Mulhouse.
L’opération « Chat Alors » a bénéficié d’un financement de Rennes Métropole, dans le cadre de l’appel à projets « Créativité croisée ».

Contact :
Valérie GOURANTON, Responsable du projet INSTROSPECT, Associate Professor
INSA Rennes, Team Hybrid (Virtual Reality), Inria, IRISA (valerie.gouranton@insa-rennes.fr)

Voir aussi
"Importance des effets relativistes pour l’absorption à deux-photons des pérovskites...
SOPRA STERIA devient le parrain de la promotion Informatique 2022 de l’INSA Rennes.L’INSA Rennes a...
La transition de l’industrie notamment automobile vers un modèle de production plus flexible et...
Soutenance de Hamza DEROUI le 6 Décembre 2019 à 10h30, Amphi BonninSujet : "Etude et...
Rejoignez l'INSA Rennes sur les réseaux sociaux et suivez toute l'actualité de l'école.
Il est des personnes qui, au lieu de chercher à entrer dans une case, s’efforcent de façonner la...